J'ai testé pour vous: les urgences

Par 20:00 ,

Lundi dernier j'ai passé la nuit aux urgences, à cause d'une mauvaise chute.
C'était la pire nuit de ma vie. Et quand je dis que j'ai passé la nuit aux urgences c'est vrai: j'y suis rentrée à 20h pour en sortir à 6h30 le lendemain. Dieu que c'était long.

Évidemment, si je viens en parler ici c'est pour râler (et non pas pour avoir la pitié de tous)
Petit résumé de ma folle soirée:
19h30: chute sur l'épaule au jujitsu. J'ai mal. La prof appelle les pompiers dans la foulée malgré mes supplications de ne pas le faire.
19h45: On entend les sirènes des pompiers qui tournent depuis cinq minutes mais qui visiblement ne trouvent pas le dojo. Arrivée du Minou.
19h50: Les pompiers sont là, enfin.
20h00: Départ pour la clinique avec les pompiers, la sirène en cadeau. J'ai encore plus mal.
20h10 : Enregistrement à la clinique, direction la salle d'attente en attendant de faire une radio.
21h : J'attends toute seule, Minou à disparu (avec mes affaires et mon téléphone)
??: J'appelle ma mère avec un téléphone emprunté à une gentille madame et lui dis de venir et de dire à Minou de me rejoindre.
?? + 5 minutes: Minou est là. Il attendait dans l'autre salle d'attente.
?? + 45 minutes: Ma mère arrive.
22h30: C'est partit pour la radio. Dont l'appareil ne marchait pas.
4h55: L'infirmière me donne un lit.
5h50 : Arrive l'heure de la consultation.
6h30 : Fin de la consultation, je peux rentrer chez moi. Problème: Minou à de nouveau disparu.
6h31 : Panique
6h32 : Trouvé, on rentre à la maison. Enfin.
Au final j'ai une disjonction acromio-claviculaire à l'épaule droite. J'ai passé une semaine avec du strap sur l'épaule, le bras en écharpe et à prendre des anti-douleur et anti-inflammatoire qui m’assommaient. Aujourd'hui je peux bouger le bras (j'arrive à écrire et à le lever à moitié), j'ai beaucoup moins mal même si la douleur est constamment présente.


Entre nous, je ne souhaite à personne de finir aux urgences. Pour ma part, c'était la première fois que j'y allais.
Il y a un sérieux problème au niveau de leur organisation et de la répartition des postes. Le problème est là, je n'en connais pas les causes, ni les 'auteurs'. Je me doute bien que ce ne sont pas les infirmier(e)s ou les deux pauvres médecins de service qui ont choisis que ce soit ainsi mais plutôt quelqu'un qui est au dessus. Voici donc toutes ces petites choses désagréables qui se sont ajoutées à ma peine physique.
ATTENTION: Même si je suis tombée sur une infirmière particulièrement méchante je ne met pas tout le monde dans le même, je me doute que les gens comme elle sont une minorité et heureusement !

L'attente : J'ai attendu quasi dix heures avant de voir un médecin, c'est à dire dix heures avec mon épaule qui me faisait atrocement mal. Au bout de 8 heures j'ai signalé à une infirmière que c'était un peu inadmissible de laisser les gens souffrir pendant aussi longtemps sans rien faire, elle m'a rétorqué que c'était normal et que je n'avais pas à me plaindre parce qu'il y avait des gens qui attendaient 10 voire 12 heures. Et comment dire... j'ai trouvé que sa réponse n'avait pas lieu d'être: non ce n'est pas normal d'attendre aussi longtemps mais malheureusement ça l'est devenu et on ne dit pas aux gens de fermer leur gueule sous prétexte qu'il y a pire, on est un minimum gentil. J'ai attendu deux heures pour faire une radio, 8 heures pour avoir un lieu, encore 30 minutes de plus pour avoir un doliprane et dix heures au total la consultation.

L'absence de prise en charge: Dans la salle d'attente les infirmier(e)s vous passent devant sans même prêter attention à vous, personne ne se soucis de votre état de santé, personne ne vient vous rassurer, personne ne vous propose une couverture ou un coussin. Personne. De même, quand l'infirmière m'a emmené vers le lit elle m'a juste demandé si je voulais qu'elle le redresse, ce à quoi j'ai répondu oui et qu'elle a fait, puis elle est partit en me disant qu'elle revenait avec des calmants (elle n'est pas revenue d'ailleurs). Elle m'a laissée devant un lit à demi relevé avec une épaule en vrac donc impossibilité de me coucher. Merci. Pareil quand j'ai voulu aller aux toilettes, personne ne s'est dit que ce serait une bonne chose de m'accompagner. Démerde toi.

Le foutage de gueule: Quand tu demandes à une infirmière dans combien de temps on va s'occuper de toi, qu'elle te répond qu'ils sont débordés et qu'elle revient cinq minutes après avec ses deux copines et un gros gâteau en pouffant. Bien sûr que les infirmier(e)s ont le droit de faire une pause de temps en temps mais de là à passer dans la salle d'attente avec leur gâteau je ne trouve pas ça très respectueux.

Dites moi qui est celui qui a eu l'idée géniale de réduire les effectifs dans les hôpitaux que j'aille lui casser les genoux. J'espère qu'un jour ce problème sera arrangé.
Prenez soin de vous, la santé c'est vraiment important et je n'ai jamais autant pensé ces mots.
Poutous partout,

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sur le même thème

14 commentaires

  1. C'est une horreur les urgences :/ J'y suis passée qu'une seule fois et plus jamais je ne veux y mettre les pieds. C'était l'année dernière, j'avais eu une migraine avec troubles du langage (les troubles du langage ont duré 30 minutes max, la migraine une heure ou deux), ma chef a eu peur et a appelé les pompiers. Résultat j'y suis entrée à 12h45, j'en suis sortie à 2h du mat' (les 2 premières heures seules - le temps que mon homme arrive et sois autorisé à me rejoindre - les 2 dernières aussi - on avait renvoyé mon homme à la salle d'attente).
    Tout comme pour toi, problème technique, je devais passer un scanner et les machines étaient en panne une bonne partie de la journée, j'ai pu faire le mien que vers 21h30... Après fallait attendre les résultats et la consultation du neurologue.
    On m'a proposé à manger qu'à 23h passées (deux miniscules sandwichs) , je crevais la dalle (j'avais pas eu l'occasion de manger avant de quitter le boulot pour les urgences vu que ma pause déj devait être à 13h, sans oublier qu'avant de bosser je prenais jamais le temps pour le p'tit déj - en plus il me semble que la veille au soir j'avais peu mangé).
    Bonus, comme vers 19 ou 20h on m'avait enfin mise dans un service, j'étais en neurologie entourée de cas spéciaux... Des drogués, un dépressif et un psychopathe unijambiste voleur de clavier d'ordi (glissé dans son caleçon et sur lequel il s'est "lâché" dans sa chambre, je le sais grâce à la réaction d'une des infirmières).
    Tout ce périple pour qu'on me dise que le scanner ne montre rien et qu'il faudrait que je fasse un IRM et revienne voir le neurologue en consultation (chose que je n'ai pas faite).
    Bon rétablissement j'espère que tu n'auras pas à y retourner et je veux bien qu'on aille trouver le responsable de cette mauvaise organisation pour lui casser les genoux... qu'il y fasse un long séjour à ces urgences.
    Bises :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les machines qui ne marchent pas ce n'est pas réellement la faute du personnel mais ça reste embêtant ^^
      Perso, personne ne m'a proposé à manger, au contraire on m'a déconseillé de le faire au cas où on ai besoin de m'opérer. La dernière fois que j'avais mangé c'était à 17h30 et j'ai tout vomis après le choc (tellement glam). J'imagine que toi aussi quand t'es sortie des urgences tu t'es empressée de manger et de boire!
      Ouh... joie...
      Pareil, au final on m'a mis un strap, prescrit des anti douleurs et on m'a dit de prendre rdv chez un orthopédiste. En gros si j'étais rentrée chez moi et que j'avais pris des dolipranes et mis de la glace ça aurait été pareil. Mais bon, ça aurait pu être grave.
      Merci, j'espère que toi non plus tu n'auras pas y retourner ! :)
      Bisous !

      Supprimer
  2. Oh mon dieu !
    C'était hilarant!
    Malgré tout, je te souhaite un bon rétablissement.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  3. Je suis allée aux urgences plus d'une fois pour ma cheville droite. D'ailleurs ils m'ont tellement bien conseillé qu'aujourd'hui je me retrouve avec l'os fissuré, une douleur journalière et bien évidemment "on en peut rien faire madame, votre cheville a été mal soignée".. Merci, toute ma vie je souffrirai, cool !
    Je me souviens d'une fois, j'attendais dans la salle d'attente et je vois un petit gamin 1 an à peu près, la tête en sang, qui hurlait la mort.. Et l'infirmière arrive et m'appelle moi alors (j'avais mal à la cheville). Et ça m'a mise hors de moi, je lui ai dit que c'était inadmissible de m'appeler moi alors qu'un enfant était en train de souffrir, de perdre énormément de sang alors que moi j'avais juste mal et qu'à côté du gamin je pouvait attendre. Elle est partie et n'est jamais revenue..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une de mes amies a aussi été mal soignée mais par son généraliste, aujourd'hui elle a des problèmes de genoux qui l’empêchent de faire pas mal de choses donc je ne pense pas que ça vienne spécialement des urgences mais c'est sûr que ça fait chier ! Bon courage en tout cas :/
      Leur fonctionnement dépasse toute logique... Pour moi ça a été l'inverse: quelqu'un est passé avant moi alors que son cas était moi grave et qu'il était là depuis moins longtemps...

      Supprimer
  4. Les urgences, ça rend toujours vener.
    Mais en fait, la réalité c'est qu'aux urgences, on ne prend pas par ordre d'arrivée mais par gravité du cas.
    Et même si tu souffrais beaucoup (enfin j'imagine), ta vie n'était pas en danger. Le problème vient plus du manque d'effectif à mon sens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça je m'en doute bien ^^ Et heureusement, tu imagines si ils faisait passer les gens qui ont des entorses bénignes avant ceux qui se sont fracturé le crâne ?
      Je sais que le problème profond vient du manque d'effectif, j'ai pu le constater: il n'y avait que deux médecins urgentistes pour le service de nuit. DEUX. Je trouve ça aberrant ...

      Supprimer
  5. je suis infirmière depuis 8 ans... et je suis particulièrement énervée par votre article et vos commentaires. il vous est arrivé une expérience et vous en faites une généralité... alors juste pour vous rappeler, un service d'urgences est un service qui accueille des urgences justement, et pas de la bobologie comme 80% des personnes qui vont aux urgences... les gens d'aujourd'hui sont dans une telle société de consommation qu'ils veulent tout et tout de suite... sachez que grâce à la sécurité sociale, vous avez quand meme bénéficier d'une radio, d'une consultation avec un médecin, (payé environ 1500€ par mois, après 8 ans d'études) d'un diagnostic et d'un traitement, tout cela sans rien avancer dans les frais et en un temps de 6h... vous auriez vu chacun des spécialistes (médecin généraliste, radiologue, pharmacien, ...) cela vous aurez pris au moins plusieurs jours et surement quelques euros de plus.
    deuxièmement, vous vous plaignez toutes de ne pas avoir eu à manger.. la première explication logique, c'est que si vraiment vous êtes là pour quelque chose de grave, vous pouvez être opérée, et donc pour des raisons de sécurité vous devez à être à jeun... ensuite, si vraiment vous êtes très très très malade, je ne pense pas que vous ayez faim... et pour finir, jusqu'à preuve du contraire, pour avoir quelque chose à manger, on va au resto... pas à l'hosto...
    voilà c'était mon coup de gueule du jour... parce qu'après 3 ans et demi d'études, un week end sur 2, une fête sur 2 (noel et nouvel an compris pendant que vous êtes tranquillement à le fêter en famille), une alternance de poste (le matin très tot, le soir très tard et les nuits pendant que vous faites de jolis reves), tout ça pour un salaire de misère (notamment moins que certaines blogueuses) contrairement aux gens que nous accueillons, nous sommes là 24h/24h pour des personnes qui prennent les urgences pour une salle d'attente d'un cabinet de médecin généraliste...
    ah oui, pour finir, les infirmières comme les médecins d'ailleurs, sont des gens comme vous... c'est à dire que quand ils bossent depuis plusieurs heures vont faire pipi (enfin quand ils peuvent) et mangent des gateaux pour un anniversaire... parce que nous aussi on a le droit de feter notre anniversaire....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée si cet article ne vous a pas plu, je raconte mon expérience rien de plus. Mes propos ne sont pas exagérés, au contraire je ne dis pas tout. J'espérais n'offenser personne, c'est pour ça que cette phrase figure dans l'article :"ATTENTION: Même si je suis tombée sur une infirmière particulièrement méchante je ne met pas tout le monde dans le même, je me doute que les gens comme elle sont une minorité et heureusement !"
      Je sais que les urgences sont pour les cas urgents, je n'ai pas choisis de m'y rendre et j'ai constaté de mes propres yeux des cas bien plus graves que le mien.
      Même en étant malade on peut avoir faim, sortir quand on mange rien pendant 12h et qui plus est, que le dernier repas englouti à été régurgité. Je savais qu'il était mieux pour moi de ne pas manger, sinon je me serais pris un gâteau dans le distributeur automatique situé dans la salle d'attente (quel sadisme ^^)or j'ai préféré ne rien manger au cas où l'on m'opère. Et ça, je ne m'en suis plains à personne, j'ai juste dis dans un commentaire plus haut que oui, vers 4-5h du matin j'avais faim et qu'en arrivant chez moi la première chose que j'ai faite a été de boire un verre d'eau.
      Je ne veux absolument pas dénigrer le métier d’infirmier ou médecin je sais que faire 20h-8h c'est dur physiquement et moralement, surtout avec des gens qui font que se plaindre à vous mais ça n’empêche pas d'être gentil avec les gens qui souffrent... Évidemment vous êtes humains, vous avez le droit de faire pipi ou fêter votre anniversaire comme vous le dites, mais le minimum pour un métier comme celui ci est selon moi d'être gentil avec le patient, donc un petit détour pour éviter de passer dans la salle d'attente avec un énorme gâteau ou un petit bonjour ne tue personne.
      Je pense sincèrement que tous les points que je dénonce sont liés à un unique problème majeur: le manque de personnel (ce que je dis dans l'article) et les restrictions budgétaires et ça, ni moi ni vous (ni aucune autre infirmière d'ailleurs) n'y peut quelque chose. D'ailleurs, j'ai dis à l'infirmière que l'attente était longue mais que j'étais consciente que ce n'était pas de sa faute. De même, quand le médecin m'a accueillie et qu'il s'est excusé pour l'attente (c'est la seule personne qui s'est excusée) je lui ai dis que je savais que ce n'était pas de sa faute. Médecin qui soit dit en passant, a été très agréable et a affiché un grand sourire tout le long de la consultation malgré ses yeux pleins de fatigue.
      Ce que je cherchais donc à dénoncer ici est le manque de budget et personnel (le second est lié au premier non ?) et un peu la méchanceté de cette dame. Visiblement le message n'est pas passé comme tel pour vous, j'ai peut être pas assez insisté sur ce point.
      Malheureusement vous ne pouvez pas nier qu'aux urgences on attend, certaines fois très longtemps, chose qui est devenue normale (encore une fois à cause du manque de personnel) mais qui ne devrait pas l'être.
      J'espère que ce commentaire vous a rassuré et éclairée. Continuez votre métier d'infirmière, c'est un métier indispensable. Et par pitié ne devenez jamais comme cette dame qui s'est occupée de moi (dont je n'ai pas raconté tous les faits) :)

      Supprimer
  6. J'ai eu exactement la même expérience pour une crise d'appendicite il y a cinq ans (huit heures dans le couloir les fesses à l'air puis dix heures avant un premier contact + radio et je suis restée finalement 24heures aux urgences dont 12 dans un couloir) et je crois qu'on ne peut pas leur reprocher grand chose : ils font ce qu'ils peuvent avec le budget qu'on leur donne et ça ne va pas aller en s'améliorant, y'a pas grand chose à faire de plus malheureusement...

    RépondreSupprimer
  7. BRRRR, le PIRE endroit du monde.
    J'y suis allée à plusieurs reprises pour des calculs rénaux absolument énormes, et malgré le fait que ça touchait un peu un organe ... ils m'ont laissés patienter et j'ai dû faire vivre un enfer aux autres personnes puisque je hurlais de douleur malgré moi à chaque contraction =/
    Je pense qu'il faut avoir la moitié du corps arrachée pour avoir un minimum de soin \o/

    N'empêche que le souvenir mémorable d'une de mes nuits aux urgences à été la personne âgée qui répétait sans cesse "je veux mourir, je veux mourir, je veux mourir", la pauvre femme devait beaucoup souffrir =(

    bon rétablissement et je te souhaite de ne plus faire de mauvaises chutes, même si durant les AM c'est courant \o/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment dire que je n'ai pas l'intention d'y retourner de si tôt (d'ailleurs y retourner impliquerai d'avoir un soucis de santé, chose que personne ne souhaite)
      Ahah moi aussi j'ai dû leur casser les oreilles à force crier et pleurer de douleur et aussi à force de gigoter dans tout les sens (ce n'était pas pratique de s'asseoir, ni de se coucher et la station debout me forcer à le tordre le dos dans tout les sens pour compenser la douleur)
      Regarde on a toutes les deux étaient prises en charge donc il ne faut pas avoir le corps arraché mais juste beaucoup de patience ;)

      C'est horrible ce genre de choses... J'ai vu des personnes âgées passer dans des états qui m'ont fait mal au cœur et je préfère que ce soit elles qui passent avant moi.

      Merci beaucoup ! Au final en 4 ans je ne me suis fait vraiment mal qu'une seule fois et c'est celle ci (sans compter les bleus, les entorses, les lèvres qui saignent etc) :p

      Supprimer